• Goodstone

Opel Manta 400 4x4 & Kadett 400 (D)

Arme principale d’Opel en rallye durant la période des fameuses Groupe-B, la Manta ne pouvait rivaliser face aux Audi Quattro, Lancia 037 ou 205 T16, mais n’en reste pas moins une machine performante et très apprécié du public ou des pilotes privés. La marque allemande avait dans le même temps imaginé deux versions certainement destinées à déjà remplacer la Manta « propulsion ».


Présente sur la scène du rallye depuis la fin des années 1960 avec la Kadett B, Opel sera un acteur majeur dans la discipline durant les années 70. Pourtant, s’il n’est pas rare de voir plusieurs Ascona ou Kadett C au départ d’un rallye, ces voitures ne seront pas des prétendantes régulières à la victoire faute d’ambitions et de véritables moyens donnés au département compétition de la marque à l’éclair (située dans un petit atelier de Russelsheim, siège de la marque allemande justement). La marque allemande préfère confier le développement et l’exploitation des Kadett à des clients ou aux préparateurs attitrés (Irmscher par exemple).

Monte-Carlo 1976, Walter Rohrl au volant de la Kadett C (©Racing technical garage)

Comme il a été dit juste au-dessus, on pouvait voir plusieurs Kadett pilotées par des pilotes professionnels, des structures semi-officielles ou par des pilotes amateurs, que ça soit au championnat mondial ou au niveau national. Avec l’arrivée de l’Ascona 400 en 1979, Opel va enfin se montrer ambitieux en s’engageant à 100% dans le mondial des rallyes avec cette nouvelle machine. Si cette Ascona est de facture classique, sa fiabilité et son moteur 4 cylindres de 2,4 litres atmosphérique développé avec Cosworth seront ses principaux atouts.


En 1982, année d’introduction des Groupe-B, Opel préfère continuer avec les Ascona 400. Pari gagnant car Lancia est trop occupée à fiabiliser et à mettre au point la 037 tandis qu’Audi, malgré sa Quattro Grp4 (comme l’Opel) doté de quatre roues motrices, se montre perfectible en termes de fiabilité. Tout est bon pour la filiale allemande du groupe GM et pour Walter Rohrl, dont ce dernier sera sacré champion du monde des rallyes pour son unique année avec l’Ascona 400 !

Vainqueur au Monte-Carlo 1982, Walter Rohrl sera sacré champion plus tard ! (©DPPI)

Parallèlement à cette saison, le département compétition d’Opel, géré par l’ancien pilote Tony Fall, commence à construire sa nouvelle arme pour le Groupe-B, qui deviendra la catégorie principale des rallyes à partir de 1983. Alors que le département compétition pensait reprendre l’Ascona 400 avec plusieurs modifications, ce sera finalement sur base du coupé Manta que sera construite la future arme d’Opel en Groupe-B. Une série spéciale de ce sympathique modèle sera créé afin de respecter le règlement de ce fameux groupe (200 exemplaires requis pour pouvoir courir).

Surement imposée par Opel pour des raisons marketing, la Manta 400 sera l'arme de la marque allemande en rallye, à l'époque du Groupe-B

Hormis cette nouvelle base, la partie technique ne subit que peu de changements : même moteur 2,4l avec plus de puissance, simple propulsion, poids réduit…Opel n’a pas jugé mettre du budget pour sa nouvelle voiture de rallye faute de véritables ambitions de la part de la marque…


La nouvelle machine, la Manta 400, fait ses véritables débuts au rallye des 1000 pistes en été 1982 avec Henri Toivonen. Au volant d’une machine loin d’être aboutie, le finlandais remportera aisément l’épreuve.

Rallye des 1000 pistes 1982 (©"Ymerpa")


Il faudra attendre le Tour de Corse 1983, au beau milieu du mois de mai, pour revoir cette voiture qui a désormais obtenu leur homologation en Grp-B. Comme il fallait s’y attendre, la Manta 400, pilotée par Guy Fréquelin à cette occasion, ne fait pas le poids face aux Quattro et aux Lancia 037 malgré tout le talent de Toivonen ou d’Ari Vatanen dans le reste des épreuves mondiales…


Manta 4x4 ?


Mais en même temps que la Manta soit construite et finalisée, Opel planchait également sur d’autres prototypes, très certainement conscient que leur nouvelle machine ne serait pas compétitive face à ses rivales. Deux modèles ont été projetés.

L’un concerne une autre version de la Manta 400, et pas n’importe laquelle. Celle-ci est dotée de quatre roues motrices !

©Auto Moto Und Sport

Sa construction aurait débuté en même temps que celle à propulsion, quant à la transmission intégrale, Opel a confié le développement de la transmission intégrale au préparateur britannique Ferguson, qui est un spécialiste de ce type de modifications. La boite de vitesses d’origine Getrag a également subi des transformations afin de l’adapter à ce système, il en est de même en ce qui concerne l’embrayage et la répartition des masses.

©Darren Hillburn

Hormis ceci, les modifications restent malgré tout assez maigres, la carrosserie n'a pas été bouleversée, le moteur 4 cylindres atmo’ n’est pas retouché (bien que certains déclarent que la puissance est désormais de 300ch). Et puis, l’ajout de la transmission intégrale alourdit le poids total de la voiture : 1200 kg, soit 210 de plus que la version à propulsion ! Deux exemplaires de cette Manta 400 à quatre roues motrices ont étés construites, selon plusieurs sources.


Les très rares photos disponibles montrent que cette voiture a effectué des essais en Suède en 1983, (et bien avant les débuts officiels de la Manta 400 classique en Corse). Difficile de trouver quelque chose, mais Ari Vatanen a pu essayer cette Manta 4x4 sur les pistes enneigés. Ces tests auraient été concluants, la voiture s’est montré plus performante que la Manta 400 « de base » (sous la neige, c’est logique). Cependant, son poids demeurait un handicap, et l’ajout de la transmission intégrale rendait la voiture rendait la voiture moins « joueuse » que sa version à simple propulsion. Si elle s’avérait logiquement meilleure dans des conditions difficiles, l’amélioration ne serait pas forcément flagrante sur d’autres terrains. De plus, ses suspensions avant auraient été le principal handicap de cette Manta 4x4 faute d’un train avant pas assez élaboré …

©mantaclub.uk

De toutes manières, Opel a mis son véto sur ce projet. Le constructeur allemand ne désire pas débourser davantage pour une Manta certes doté de quatre roues motrices, mais encore trop archaïque face à ses concurrentes du Groupe-B. La Manta 400 4x4 n’a jamais été homologuée et ce projet fut mis au placard…


©mantaclub.uk

Deuxième tentative.


Juste après que la Manta à transmission intégrale soit abandonné, le département compétition d’Opel planche sur un autre modèle. Cette-fois en se basant sur la Kadett D, une berline compacte commercialisée depuis 1979. Malgré un budget toujours aussi serré, les transformations seront un peu plus importantes que la Manta 4x4.


Déjà, la voiture ne reprend pas grand-chose de la Kadett de série, techniquement parlant. Là où cette dernière est une traction avant, le prototype est en réalité une propulsion techniquement basée sur l’Ascona 400 et la Manta. Donc pas une vraie nouveauté en fait, hormis la carrosserie qui a fait une séance de musculation…car pour le reste, c’est la même fiche technique que la Manta avec une nouvelle fois le 4 cylindres. Trois voitures ont été construites. Principale différence avec la Manta : une voiture plus courte et plus légère avec l’utilisation du kevlar.

Un exemplaire de la Kadett 400 parfaitement restauré (©?)

Malgré ce manque de véritables nouveautés, la marque planche sur l’ajout d’un turbo afin de rendre la machine plus performante que ses devancières. L’idée d’implanter la transmission intégrale est dans les cartons du département compétition, bien qu’il semble qu’un prototype pourvu de ce système ait été construit en parallèle avec la Manta 4x4, mais rien n’est moins sûr…

Il est également prévu de faire courir cette Kadett 400 à plusieurs rallyes pour 1984 en la confiant à plusieurs de ses antennes un peu partout dans le monde. Mais au final, seule la branche sud-africaine de la marque accepte d’exploiter ce proto dans quelques rallyes locaux, faute d’avoir pu trouver d’autres clients en Europe, mais aussi parce que les voitures non-homologuées sont souvent refusées au départ. Avec Tony Pond au volant, la Kadett se montre performante face à une concurrence toute relative, mais doit renoncer sur soucis mécaniques à deux reprises. Au final, le pilote anglais signera une belle seconde place au Jurgens Rally.


Tony Pond posant devant la Kadett 400 (©Darren Hillburn)

Ce seront les seules participations de la Kadett 400 en rallye…


Et après ?


Là encore, Opel décide de ne pas aller plus loin Kadett. Et à la fin de l’année, le constructeur allemand annonce l’arrêt de son programme en rallye, du moins de manière temporaire, conscient que la Manta 400 n’est pas à la hauteur face à la concurrence. D’autant plus que les deux projets expliqués ci-dessus traduisaient un certain manque d’ambition (et d’argent…) de la part d’Opel.


La Manta 400 «propulsion » continuera à être utilisé (et apprécié) par de nombreux pilotes à l’échelle nationale. Certains gagneront même un titre avec cette Opel, preuve que celle-ci est une machine compétitive qui a eu le malheur de se confronter à des monstres plus radicaux en mondial.

Passé cette annonce, la marque allemande ne perd plus de temps et planche immédiatement sur un nouveau proto, toujours prévu pour l’homologuer en Groupe-B. Contrairement aux précédents, celui-ci est étroitement basé sur la toute nouvelle citadine commercialisée en 1984, la Kadett E, et bien plus ambitieuse que les deux autres protos. Mais ça, c’est une autre histoire…

Guy Fréquelin sera champion de France des rallyes en 1985 avec cette Manta 400 "propu'" (©Rainer N)

En ce qui concerne la Manta 400 4x4, un des deux protos construits a été acheté par David Maslen (voir photo de couverture), pilote de rallye en Angleterre. Il a participé à plusieurs épreuves dans son pays entre 1985 et début-1987 avec cette Manta. Toutefois, certains affirmeraient qu’il a enlevé la transmission intégrale pour la rendre en simple propulsion (rien n’est moins sûr). Sa quatrième place au Wyedean Rally ’85 est son seul résultat notable avec cette machine.


Un exemplaire de la Kadett 400 a également connu un autre propriétaire en la personne de Murray Grierson, lui-même pilote de rallye. Ce dernier va continuer à développer la voiture et participera à plusieurs saisons de rallye entre 1986 et 1989, notamment en Angleterre et en Ecosse, avec plusieurs bons résultats durant cette période. La Kadett a ensuite couru dans le British Thudersaloon, championnat de voitures de tourisme autorisant un peu de tout, jusqu’en 1992.


Murray Grierson utilisera la Kadett 400 pendant plusieurs saisons dans les rallyes britanniques, ici en 1988 (©autosport)


Fiche Manta 400 4x4 :

Moteur 4-cylindres 2420cc, préparé par Cosworth

Aspiration : atmosphérique

Implantation : à l’avant

Puissance : 275 chevaux, 300 maximum à plus de 7250 tr/min

Couple : +/- 300 NM

Châssis basé sur la Manta 400 (elle-même issue de l’Ascona 400), coque en acier et en kevlar

Suspensions : à l’avant : triangles superposés et modifiés, à l’arrière : pont rigide

Boite de vitesses : à 5 vitesses, d’origine Getrag

Transmission : intégrale, système conçu par Ferguson

Poids : 1200 kg

Dimensions : 4,4 m (L) * 1,75 m (l)


Fiche Kadett 400 (D)


Moteur 4-cylindres 2420cc, préparé par Cosworth

Aspiration : atmosphérique

Puissance : 275 chevaux à plus de 7250 tr/min

Couple : +/- 300 NM


Châssis basé sur l’Ascona 400, coque en acier. Reprend le look de la Kadett D

Suspensions : à l’avant : triangles superposés et modifiés, à l’arrière : pont rigide

Boite de vitesses : à 5 vitesses, d’origine Getrag

Transmission : propulsion

Poids : +/- 1000 kg

Dimensions : 3,9 m (L) * ? m (l)

Après les rallyes, la Kadett 400 participera en British Thundersaloon...

Liens/ Sources

Rallye Magazines, Hors-Série Les légendes du rallye, spécial Groupe-B, été 2013

https://rallygroupbshrine.org/the-group-b-cars/group-b-prototypes/opel-kadett-400-group-b-prototype/

https://rallygroupbshrine.org/the-group-b-cars/group-b-prototypes/opel-manta-b-400-4x4-prototype/

https://kitdunhas.blogs.sapo.pt/opel-manta-4wd-9376

https://rallyestorique.skyrock.com/3.html

https://mantaclub.org/forums/topic/41453-seeking-further-info-on-the-4wd-prototypes/page/2/

http://www.opelmanta.co.uk/viewtopic.php?f=8&t=42&start=20

https://www.auto-motor-und-sport.de/premium/einzeltest-opel-manta-400-mit-allradantrieb-9699030.html

http://www.slowlysideways.com/index.php/de/fahrzeuge/314-opel-kadett-400-1984-gr-prototyp-oliver-kaiser

http://web.archive.org/web/20180114010645/http://www.rallye-info.com/carmodel.asp?car=138

https://www.ewrc-results.com/carinfo/103-opel-manta-400/?car=3620&a=1#start




Remerciements au groupe « Group B Today » et à Darren Hilburn pour leur petit coup de pouce en ce qui concerne les informations sur ces protos.



Pour 1985, Opel se montre un peu plus radical et présente cette Kadett E toujours destinée au rallye, en Groupe-B...Mais on en reparlera surement un jour^^ (®?)

K.N

©2019 by fail-auto. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now