• Goodstone

Proton Impian BTC-T -> BTCC

Mis à jour : avr. 4

Partons en Grande-Bretagne et allons découvrir un modèle de compétition plutôt exotique. Au début des années 2000, un nouveau constructeur débarque dans le championnat britannique de tourisme avec des grandes ambitions. Son nom ? Proton. Avec l’initiative d’une équipe, la marque va lancer un programme d’une durée de trois saisons avec sa berline inconnue du grand public : l’Impian.






Fin de la saison 2000 du championnat britannique de tourisme (BTCC) : Ford remporte le championnat des constructeurs avec une Mondeo ST qui ne laisse aucune chance à ses concurrents, à savoir Honda et Vauxhall. Mais cette saison marque également un tournant dans l’histoire de ce championnat : trop couteuses, trop sophistiquées, les fameuses Super-Touring seront replacées dès 2001 par une nouvelle catégorie plus raisonnable : le BTC-Touring. Cette formule se veut plus accessible aux équipes indépendantes et moins onéreuse sur l’entretien ou pour la conception des voitures : aérodynamique simplifiée et standardisation de certaines pièces telles que la boite de vitesses ou des freins. Enfin, le type de modèle choisi peut autant être des berlines 4-portes que des coupés…



Saison 2000 de BTCC: la Ford Mondeo ST va cloturer le chapitre des Super-Touring (©Wheelsage)

Parallèlement à ceci, et afin de remplir les grilles de départ, une autre catégorie s’est ajoutée en 2000 avec les BTC-Production, qui correspondent aux voitures du Groupe-N, soit des modèles strictement de série (à quelques modifications près) et uniquement réservées à des teams privés.


La saison inaugurale de ces BTC-T voit la présence de trois constructeurs officiellement engagés : MG, Peugeot (via le Vic Lee Racing) et Vauxhall. Quelques privés sont également de la partie et utilisent des Alfa-Romeo 147 et des Lexus IS200. Autant le dire tout de suite : c’est Vauxhall qui gagnera le championnat, avec 25 victoires sur les 26 courses de la saison !


2001: première apparition des BTC-T et c'est Vauxhall qui dominera la saison de BTCC (©BTCC)


L’année 2002 parait prometteuse : Honda revient officiellement en BTCC après une année d’absence, et un nouveau constructeur arrive avec l’aide d’une équipe…



Etoiles de Malaisie


Le 1er novembre 2001, Proton annonce s’engager dans le championnat BTCC à partir de 2002. Mais qui est Proton, se demande sûrement le grand public ? Il s’agit d’un constructeur malaisien crée en 1983 et propriétaire de Lotus. Ah, et la marque a brièvement tenté de vendre ses produits en Europe (en Grande-Bretagne surtout) au milieu des années 1990, sans succès. Il faut dire que la majorité de sa gamme se résume à des Mitsubishi rebadgées.



Logo de Proton au milieu des années 1990

Mais Proton, c’est également une participation assidue dans le monde du sport-auto depuis les années 1990, particulièrement en rallye. Notons la Wira qui brille dans le championnat Asie-Pacifique des rallyes à la fin de cette décennie ou bien la Satria (ou Compact) Kit-Car qui participait au championnat de Grande-Bretagne.


La Wira, qui a couru essentiellement dans les rallyes d'Asie et de Pacifique

Mais revenons à cette arrivée en BTCC : l’idée est venue d’une équipe ayant déjà sévi dans le monde des voitures de tourisme : la Team Petronas. Celle-ci bénéficie du soutien financier du pétrolier malaysien (qui est aujourd’hui partenaire de Mercedes en F1) et a participé avec succès dans diverses courses asiatiques de tourisme depuis 1990.


Le team crée et dirigée par David Wong change d’air en 1999 et passe au championnat sud-africain de tourisme en exploitant des Opel Vectra. Le succès est au rendez-vous jusqu’à la disparition de ce championnat en 2000. L’équipe reste toujours en Afrique du Sud pour participer à un nouveau championnat réservé à des Touring-Car plus radicales (à mi-chemin entre du DTM et des V8 Supercars) en préparant une Opel Astra. Mais la Team Petronas aimerait viser encore plus haut.


Ici à Kyalami en 2000 avec Shaun Watson-Smith, la Team Petronas exploitait des Vectra dans le championnat sud-africain de tourisme (©HCC)

Pour 2002, direction le BTCC et pour cela, l’équipe va contacter Proton pour concevoir la voiture et signer un programme d’une durée de trois ans. Ce sera sur une base de l’Impian, berline dérivée de la Mitsubishi Carisma et commercialisée en Grande-Bretagne depuis 2001 (dans les autres marchés, elle se nomme Waja), qu’elle travaillera.


L'Impian de série (©GT Automotive)

Cette machine construite assez rapidement sera homologuée en classe BTC-T. L’équipe se nomme désormais Team Petronas Syntium Proton (PSP). David Wong reste le directeur de l’équipe, la base de l’équipe sera implantée dans le Norfolk, plus précisément à East Dereham. Coté pilotes, le très expérimenté David Leslie est nommé premier pilote. Il fait son retour dans cette série après un passage en World Challenge Touring Car (le championnat US) l’an passé. Ce dernier sera secondé par la révélation de la saison 2001 de BTCC : Phil Bennett. C’est donc sur un très solide duo de pilotes que Proton va s’appuyer pour ses débuts.



La voiture a été présentée en mars 2002 à Londres. L’Impian BTC-T se distingue par sa livrée bleue-verdâtre représentant le pétrolier malaisien Petronas, qui finance l’opération. Pour le reste, il s’agit d’une machine classique avec son moteur 2 litres dérivé de la production et préparé par le Mountune Racing. Etant donné qu’il y’a un seul manufacturier pneumatique, ce seront les BF Goodrich qui équiperont les Proton pour la saison.


Présentation de l'Impian et de l'équipe PSP (©?)

La voiture a fait ses premiers tours de roue en février 2002 sur le circuit de Magny-Cours, puis à Guadix en Espagne. Les essais ont été concluants et la satisfaction est de mise du côté des pilotes après un ultime essai à Brands-Hatch, l’Impian se montre fiable et saine en termes de comportement. La saison de BTCC se rapproche et l’optimisme est de mise dans tout le team.


Les pilotes posant devant l'Impian. A gauche, David Leslie, et à droite, Phil Bennett (©LAT Images)


2002


Pour la première manche du championnat 2002 de BTCC sur le circuit de Brands-Hatch, la Team Petronas Syntium Proton est prête pour ses grands débuts dans la discipline. A leurs côtés, Vauxhall engage quatre voitures officielles et semble bien disposée à conserver son titre. Mais MG et Honda ne l’entendront surement pas de cette oreille. Concernant les privés, il faudra compter sur le Barwell Motorsport (avec des Vauxhall Astra Coupé) et le team Atomic Kitten (exploitant des MG), plus le Vic Lee Racing qui exploite des Peugeot 406 Coupé sans le soutien de la marque au lion après que celle-ci se retire officiellement du championnat. Voilà, on a fait le tour des BTC-T, passons aux choses sérieuses…


Comme de coutume en BTCC, deux courses se déroulent durant un meeting : la première qui fait office de « Sprint » et l’autre correspond à la course principale, d’une durée un peu plus longue…

Pour leur toute première qualification, les Proton Impia se qualifient en milieu de grille, et si la course sprint demeure sans relief, Bennett terminera sixième lors de la course principale et marque déjà les premiers points pour PSP. Mieux : lors du meeting suivant sur le circuit de l’Oulton Park, David Leslie signe une belle troisième place lors de la course principale. Joli coup !

Et ce n’est pas fini : Leslie signera trois autres podiums : troisième à Silverstone, au Mondello Park et second lors de la course sprint de Croft après que la plupart des Vauxhall aient renoncé ou furent retardées.


©Touring Car Register

Ce seront les seules satisfactions principales de la saison pour PSP. Le reste de la saison, l’Impia reste transparente dans chaque épreuve, malgré des améliorations apportées sur la voiture (augmentation de la puissance). La berline n’est pas à l’aise dans les virages et courbes rapides, ce qui la handicape assez rapidement dans quelques circuits britanniques (malgré une belle performance à Silverstone…).

Au final, la PSP termine 4e et dernière au classement des constructeurs, et 7e (sur 8) parmi l’ensemble des équipes de BTC-T. Le bilan comptable n’est pas très flatteur, mais pas non plus catastrophique, l’Impian pouvait viser un peu plus haut avec plus de constance, de chance et d’investissement de la part de Proton. Car oui, la marque malaisienne se montre plutôt avare en termes d’investissements envers son « programme » BTCC.



Donington 2002 (®Steven Gray)

Concernant les pilotes, Leslie a largement rempli son rôle de premier pilote avec 4 podiums et une 7e place au classement général. Moins heureux pour son compère Bennett (16e au classement) qui, hormis une 6e place d’entrée à Brands-Hatch, n’était pas dans le coup tout au long de l’année, étant parfois au mauvais endroit au mauvais moment en course…


Une saison 2002 à oublier pour Bennett (©?)

2003


Pour 2003, on ne change rien, ou presque : Agrandissement de l’usine à East Dereham, Leslie et Bennett sont reconduits dans leurs fonctions, l’Impian a subi quelques modifications au niveau de l’arceau, aéro et suspensions arrière retouchées…et c’est à peu près tout, car Proton reste toujours aussi pingre, laissant PSP développer seul la voiture ! Notons enfin que Dunlop devient le manufacturier pneumatique de ce championnat à partir de cette saison.

L’objectif pour cette saison est simple : faire mieux qu’en 2002. S’ils savaient la tournure que prendrait cette saison…


©LAT Images


Pour la première manche de la saison, sur le circuit irlandais du Mondello Park, les Impian se montrent discrètes (quoique, Bennett s'est bien fait remarquer malgré lui, voir vidéo ci dessous) dans la course sprint et principale malgré la pluie. Reste une solide 5e place pour Leslie lors du Sprint…



Ce que l’on ne sait pas, c’est que cette 5e place restera la meilleure performance du team PST cette saison. Le reste de la saison, les Impian sont hors du coup à cause de leurs modifications inefficaces (et alourdissant la voiture au passage !), même si Leslie arrive à rester assez souvent dans le coup en début de chaque course avant de rentrer dans le rang. Pire : la fiabilité, alors un des points forts de la voiture en 2002, demeurait problématique tout au long de l’année, spécialement pour le pauvre Bennett…


Deux saisons de galère pour le pauvre Phil Bennett...(©BTCC Pages)


Que dire des manches suivantes sinon ? double-disqualification après la séance de qualifications pour la course sprint de Thuxton, car les Impian étaient en dessous du poids réglementaire. Des suspensions entièrement redessinés au cours du printemps ne changent rien à la situation du team. Du coup, PST termine toujours dernière au classement des constructeurs et 4e parmi les BTC-T au général, juste devant les équipes privées, l’honneur est sauf ! Mais avec 70 points marqués, ça reste plus de 130 points en moins que MG, troisième de ce championnat !


Oups ! ... (©LAT)

2004


Pour 2004, grand chamboulement à prévoir : exit Leslie et Bennett, place à Shaun Watson-Smith, qui connait déjà l’équipe à l’époque du championnat sud-africain de tourisme, ainsi qu’à l’obscur malaisien Fariqe Hairuman. Deux pilotes inconnus du grand public et qui vont débuter en BTCC par la même occasion, curieux choix de la part de PSP !


Snetterton 2004 (©F1 Archive)

Et du coté de l’Impian ? On ne change rien, budget oblige. Il va falloir se serrer les coudes et limiter la casse au maximum ! D’autant que pas mal d’équipes indépendantes débarquent dans le championnat en utilisant notamment des Vauxhall Astra Coupé.


Mais peut-être était-ce fort prévisible : la saison 2004 de BTCC pour PSP tourne au vinaigre, jamais l’Impian n’a été dans le coup pour jouer un rôle important…enfin si : avec Hairuman au volant, la sympathique berline décore joliment le fond du peloton tout en se promenant tranquillement en course quand le moteur tient le coup ou si il n’est pas impliqué dans les contacts…


Hairuman dans ses œuvres: colorer le fond du peloton. Aucun point marqué pour le malais cette saison! (©BTCC)

Quelques bons points à retenir : la 7e place de Watson-Smith lors de la manche à Brands-Hatch en plus de signer le meilleur temps au tour lors de la seconde course sur le même circuit. C’est dans ce tracé que les Impian se montrent moins larguées que d’habitude. D’ailleurs, le pilote sud-africain était un moment troisième lors du second meeting sur ce tracé avant que le moteur casse…



A l’issue de cette saison : le Team Petronas Syntium Proton reste dernière au classement des constructeurs et 10e parmi les BTC-T derrière pas mal d’équipes privées. C’est sans surprise quand PSP et Proton annoncent leur retrait du BTCC, l’engagement sur trois saisons a été respecté.


Après des débuts intéressants, la Proton Impian BTC-T est très vite rentré dans le rang, faute de développement efficace et de moyens. De toutes manières, on n’a pas l’impression que Proton s’intéressait à ce programme sportif, laissant PSP seul en ce qui concerne l’exploitation et le développement. Cela dit : engager deux pilotes n’ayant jamais couru en BTCC n’était clairement pas un choix judicieux, malgré le fait que Shaun Watson-Smith ait montré des choses intéressantes à Brands-Hatch.


L'Impian BTC-T a mordu la poussière en 2004...(©Kereta.info / BTCC)

Les Impian BTC-T poursuivront leur carrière dans le championnat asiatique de tourisme (ATCC), toujours exploitées par le PSP. Entre 2005 et 2006, elles signeront des bonnes performances face à une concurrence relativement hétérogène en termes de niveau et de voiture (sans compter le fait que le plateau se résume à 10 voitures, voire moins). Puis, la Team Petronas utilisera des BMW Série 3 en 2007 et participera par la même occasion au Super Taikyu Series, championnat est-asiatique d’endurance semi-professionnelle, avec une BMW Z4 Coupé.



Les Impian BTC-T courront dans le championnat asiatique de tourisme, signant plusieurs bons résultats avec Fariqe Hairuman et Mashlino Buang entre 2005 et 2006 (©Zerotohundred)


Caractéristiques voiture :


Moteur : 4-cylindres 1996cc préparé par Mountune , basé sur le 1.8l de série

Aspiration : atmosphérique

Implantation : à avant

Puissance : Plus de 270 chevaux à ?


Châssis : basé sur l’Impian de série

Boite : séquentielle à six vitesses

Transmission : aux roues avant

Poids (excluant le success ballast) : 1150 kg, pilote compris

Dimensions : 4,8 m (L) * 1,82 m (l)

Pneumatiques : BF Goodrich en 2002, puis Dunlop en 2003 et 2004


Résultats en compétition :


Engagée en BTCC sous le nom de Team Petronas Syntium Proton

Soutien limité de la part du constructeur malais

4 podiums, dont une 2e place à la course principale de Croft en 2002.

Participations entre 2002 et 2004



Sources :


http://www.btccpages.com/

https://web.archive.org/web/20070401024655/http://www.teampsp.info/

https://results.motorsportstats.com/

https://thehairpincorner.com/2019/03/09/btcc-history-btc-t-proton-impian/

https://kereta.info/2002-flashback-proton-impianwaja-btcc/

Archives Crash.net



Le nom de Proton refait son apparition en BTCC en 2011, avec une Persona préparée par le Welch Motorsport (©autobuzz)


K.N (Remerciements à "Woland" pour avoir pris le temps de relire l'article !)

74 vues

©2019 by fail-auto. Proudly created with Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now